⏱ Temps de lecture : 5 min.

Bon, c’est décidé, tu lances ton entreprise. Ton projet est prêt, ton plan d’action également, mais comment fait-on pour continuer à payer son loyer et manger autre chose que des patates ? Heureusement, il existe de nombreuses solutions pour financer la création de ton entreprise, même s’il faudra peut-être parfois faire l’impasse sur quelques petits plaisirs.

Lancer son entreprise, en tant que salarié

Quand je vous parle de ne pas s’arrêter de vivre, ce n’est bien sûr par la meilleure solution. Car, on le sait, travailler 35 à 40 heures par semaine, ça vide déjà suffisamment notre énergie.

Pourtant, parfois, on n’a pas le choix et on ne pourra pas se permettre autre chose. Dans ce cas, il est important de garder deux choses en tête : organisation et sommeil.

Afin de parvenir à monter son projet correctement, tout en gardant un travail de salarié, il est nécessaire : soit de ne pas être pressé par le temps ou d’être accompagné par des professionnels pour déléguer. Le sommeil est également une clef pour garder la pêche, coûte que coûte et sans parler du sourire de circonstance !

Mais pour ceux qui se poseraient la question : légalement, oui, vous avez le droit d’être salarié et entrepreneur. La seule condition pourrait être si vous êtes en concurrence directe avec votre employeur, à ce moment, référez-vous à votre contrat et une clause de non-concurrence. 😉

Avoir un capital pour prévoir les premiers mois

Cela fait plusieurs années que tu souhaites lancer ton projet ? Tu as du pu mettre un peu d’argent de côté pour assurer tes arrières les premiers mois de ton activité ?

Il faut savoir qu’en moyenne, il est nécessaire d’attendre entre 6 mois et 1 an pour se dégager des revenus de sa société. Ce n’est pas le cas de tout le monde, et encore moins lorsque tu fais les choses dans le bon ordre avec les bons outils, mais dans le doute.

Par conséquent, quel est le minimum que tu peux percevoir chaque mois afin de prévoir un capital qui te servira entre 6 mois et 1 an ? Le mieux étant aussi de réussir à sortir de son salariat avec un beau chèque de départ, mais nous n’avons pas tous eu cette chance. 🙂

Mais attend, ne pars pas maintenant, en parlant de capital, j’ai peut-être une nouvelle qui va te soulager…

Pôle emploi pour assurer ses arrières

Et c’est là que l’on respire un bon coup et que l’on s’aperçoit que rien n’est perdu. Eh oui, Pôle emploi est là pour t’aider à financer la création de ton entreprise. Cela fait même partie de leur attribution !

Plusieurs choix s’offrent à toi, d’ailleurs, en fonction du statut que tu as ou vas prendre.

1. Micro entreprise et ARE

En tant que micro entreprise, tu peux donc bénéficier de l’ARE (Aide de retour à l’emploi) au même titre qu’une personne qui recherche un job.

Pour cela, il te suffit d’indiquer à ton conseiller que tu vas créer ton entreprise, en tant que micro entreprise, et que par conséquent tu ne seras plus disponible sur le marché de l’emploi. Le Pôle emploi t’inscrit en statut 5, pour indiquer que tu es toujours inscrit chez eux en tant que demandeur d’emploi, mais tu n’auras plus de rendez-vous obligatoire avec ton conseiller ou d’offre auxquelles répondre.

Tu dois donc justifier chaque mois de ta situation, au travers de l’actualisation classique, ainsi que de transmettre tes justificatifs de déclaration de revenus non-salariés. Honnêtement, rien de bien compliqué, juste une chose à laquelle il faut penser chaque mois lorsque tu fais ta comptabilité. 😉

2. Micro entreprise et capital

Surprise ! Pôle emploi peut également te permettre d’obtenir ce fameux capital tant désiré. Il s’agit de l’ARCE.

En choisissant cette option, tu reçois donc dans un premier temps 25 % de tes droits au jour de la création de l’entreprise, pour ensuite recevoir les secondes 25 % au bout de 6 mois d’existence de ton entreprise.

C’est une solution plutôt idéale pour les entrepreneurs qui nécessite d’avoir un capital pour acheter des matières premières, pour lancer une activité en e-commerce…

Mais ce n’est pas tout !

3. Toucher 100 % de ses allocations chômage en créant sa SASU ou EURL

Bonne nouvelle pour ceux à qui la création d’un statut micro entreprise ne conviendrait pas. Il est également possible de bénéficier de son ARE grâce aux statuts SASU et EURL.

Comment ? En indiquant que tu ne seras pas rémunéré par l’entreprise durant l’intégralité de tes indemnités chômage. Par conséquent, ta seule source de revenus provient de Pôle emploi et tu peux prendre le temps de développer activité assez librement tout en te créant du capital entreprise.

Ceci dit, il faut être certain également qu’au bout de 2 ans, l’entreprise te permette de te rémunérer à hauteur. 🙂

Alors, prêt ? Je suis convaincue que l’une des solutions te convient. Et pour être certain d’avoir entreprise qui fonctionne, tu peux nous rejoindre au travers de nos parcours de formation.

On te donnera tous les bons plans d’actions pour parvenir à te lancer et à te dégager un revenu rapidement : « Je me lance, je construis une entreprise qui déchire »

fringilla Praesent venenatis vel, porta. commodo

Pin It on Pinterest

Share This