⏱ Temps de lecture : 6 min.

Aujourd’hui, j’aimerai te raconter mon parcours.

Il n’est pas merveilleux ni exceptionnel, il est tel que beaucoup d’entrepreneurs le vivent.

Mise à part peut-être que j’ai réalisé mes rêves.

Pour y arriver, je me rends compte que le plus dur, comme dans un footing, c’est la première foulée. Ensuite, tu peux avoir envie d’arrêter en chemin, mais tant que tu sais pourquoi tu le fais, tu vas au bout de la course.

Et surtout, le lendemain, tu recommences, mais pour aller encore plus loin.

Mon rêve, c’était d’être digital nomade.

De travailler depuis l’Asie.

De sauter dans un avion direction Barcelone, Stockholm ou Rome.

Peu importe !

Mais être libre de travailler de là ou j’en ai envie.

Et tu sais pourquoi j’y suis arrivé : parce que, dans la vie, je crois que tout est possible.

Je te raconte l’histoire.

UN RÊVE DE DIGITAL NOMAD

Je suis une personne influençable.

À première vue, ce n’est pas quelque chose de très glorieux.

Pourtant, cela s’est révélé être une qualité pour moi.

Il y a un an et demi, j’ai commencé par entendre parler du mode de vie des Digital Nomades.

Émerveillement immédiat.

Moi aussi je veux faire comme eux ! Moi aussi je veux pouvoir travailler dans des petits cafés mignons ! Moi aussi je veux avoir mon ordinateur sur les genoux pendant que mes pieds font trempette dans la piscine ! (Bon, je vous le dis maintenant pour pas que vous soyez déçus : personne ne fait ça. Trop de soleil dans la tronche, trop de risque d’y perdre un Macbook à 2000€…)

Je me suis mise à lire de plus en plus de témoignages, à m’imaginer de plus en plus dans cette vie…

Une vie où je pourrais passer toute la période de Noël avec ma famille, une vie où je pourrais rejoindre mes copines en Espagne en prenant l’avion un mardi car c’est moins cher ce jour là, une vie où je pourrais m’exiler plusieurs mois en Asie pour travailler au soleil, faire du scooter et boire du jus de coco…

Il n’en fallait pas plus pour réussir à m’influencer !

J’ai appelé mon papa, j’ai tenté un « et si je quittais mon travail pour me mettre à mon compte ? », le tout en fermant très fort les yeux pour ne pas entendre sa réponse (logique imparable).

Réaction immédiate : « Génial ! Tu veux un ordinateur ? Une imprimante ? »

Ça, c’est du soutien familial ! C’est ce que je compte comme l’un de mes plus gros coups de chance.

La semaine d’après, je me suis offert l’accès à une école de formation en ligne. Honnêtement, je pense que c’était indispensable pour ma motivation, et pour me sentir moins seule face à ce qui me semblait être une montagne de la taille de l’Everest.

Ça m’a coûté beaucoup d’argent, et c’est peut être pour cette raison que je n’ai jamais fait marche arrière !

En août 2017, tout était réglé ! J’ai obtenu une rupture conventionnelle de contrat qui m’a permis de toucher des droits au chômage, pour les mois où je ne gagnerais pas suffisamment d’argent pour en vivre. Sans ça, je n’aurais clairement pas pu me lancer, et quel stress en moins !

Le décor était planté.

J’ai réussi à obtenir quelques clients dès le début grâce au bouche à oreille, et après quelques mois je suis partie m’installer à Lyon, avec le but de travailler à fond ma première année de Freelance.

Mais l’histoire n’est pas si simple…

OOPS, J’AI DÉCROCHÉ !

Comme je le disais, je suis une personne plutôt influençable.

Arrivée sur Lyon, j’ai retrouvé tous mes copains, 

Autant te dire que j’avais très envie de voir du monde tous les soirs et de faire la fête plus que de raison !

De toute façon, j’arrivais à gagner suffisamment d’argent pour vivre convenablement, en oscillant entre 1000 et 1700€ par mois. Alors c’était bien moi la plus heureuse !

Oui mais non.

Si mon affaire roulait bon train, c’était grâce à mes efforts des premiers mois.

En arrêtant tout travail promotionnel de mon entreprise, les mois suivants on été bien plus compliqués à gérer. Un téléphone qui ne sonne pas, une boîte mail vide, et une motivation au raz des pâquerettes !

Cette situation a duré plus de 6 mois, je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait, et j’ai tout remis en question.

Jusqu’à ce que je prenne un coup dans ma vie personnelle.

Là, je me suis subitement rappelé de mon envie de partir.

Je me suis subitement rappelé pourquoi j’avais tout quitté un an plus tôt.

Alors j’ai agis.

LE JOUR OÙ J’AI APPELÉ ÇA : UN PLAN.

L’atout numéro un de l’entreprenariat, c’est la liberté.

Un beau matin, énervée par ma situation personnelle, je me suis enfin mise à penser qu’il ne manquait qu’une seule chose pour accéder à mon rêve : le concrétiser.

« Fake it until you make it », la grande devise de l’entrepreneur !

J’ai annoncé à tous mes proches que je partais en Asie sans date de retour.

Sans même avoir acheté les billets, j’ai annoncé : « dans trois semaines, le temps de trouver une solution pour mon chat et mon appartement, je m’en vais. »

Après une annonce pareille, plus question de faire demi-tour !

J’avais scellé mon départ.

Trois semaines plus tard, ma situation personnelle avait eu le temps de se régler, mon appartement était loué, mon chat était entre de bonnes mains, et j’embarquais pour 15h d’avion en direction du paradis, Bali.

C’est aussi simple que ça, quand on est à son compte.

Une petite photo, pour l’ambiance :

Depuis, je suis entourée de digital nomades qui m’inspirent, me redonnent confiance en mon activité, et renforce mon sentiment d’avoir fait le bon choix.

Je suis plus motivée que jamais dans mon travail, j’ai de nouveaux projets plein la tête et je compte bien les mettre en place dans les mois à venir !

Il y a quelques mois, nous avons entrepris de créer Bande d’entrepreneurs à 5.

Nous rêvons d’un endroit où les entrepreneurs trouvent des réponses à leurs questions, qu’ils soient à 0€ par mois ou à 5000€.

Mon voyage m’a permis de comprendre que l’entrepreneuriat est ouvert à tous les audacieux. Il suffit de se lancer concrètement dans l’aventure pour réussir.

On pourrait presque croire que c’est simple !

Donc rêve, mais n’oublie pas de réaliser !

C’est pour cela que nous sommes là.
Pour t’aider à réaliser ton rêve à toi.

Si tu souhaites me suivre en ligne, c’est ici que ça se passe :
> mon instagram <
> ma page facebook <
> mon site internet <

Camille

nec libero. odio dolor quis mattis quis, non Aliquam ut felis libero

Pin It on Pinterest

Share This